retour sur afriquimmo locations saisonnières sur africaloc maitres anciens

Fodé Sidibe, Peintre à
Saly Niakh-Niakhal
tel:77 574 64 55













   

Sédhiou est une petite ville d’une vingtaine de milliers
d’habitants sur la rive nord du fleuve Casamance, à une centaine de kilomètre à l’Ouest de Ziguinchor et autant de Kolda.

C’est là que naît Fodé Sidibé,en 1977, dans cette ancienne capitale administrative de la Casamance sombrant dans l’oubli,
loin de tout, par son éloignement des itinéraires routiers habituels.
L’activité est aujourd’hui essentiellement agricole,
mais les traces restent visibles d’un comptoir colonial français fondé au début XIXe, ainsi probablement que la mémoire plus trouble d’une beaucoup plus ancienne traite portugaise.

Cette forte emprunte historique,
ainsi que le siège à Sédhiou de plusieurs ethnies
produisent une grande diversité culturelle qui n’échappe pas à l’acuité du jeune Fodé, bien scolarisé au demeurant à Sédhiou, puis à Dakar ou il termine ses études en 1997.


Fodé Sidibé s’est-il interrogé sur le déclin post colonial
de sa ville natale ? Sur l’épisode esclavagiste en tout cas, il n’a aucun état d’âme, persuadé que l’homme reste simplement esclave de lui même. Il s’agit pour lui d’une conviction profonde,
devenue même un thème récurant plus ou moins présent ou décelable dans certaines de ces œuvres... Cela peut aller
jusqu’à l’adjonction de véritables grosses chaînes oxydées
sur sculpture en bois par exemple
.
De la désinvolture des villageois africains concernant tout lendemain réputé n’appartenir qu’à d’incertaines forces obscures résulte une évidente précarité. Et Fodé mesure qu’une trop grande dépendance économique confine à l’esclavage,
quand elle ne le suscite pas, ce qui est pire.

Mais pour être plus proche des modèles occidentaux, la rencontre avec la vie Dakaroise, n’en parait pas moins contraignante. Aussi Fodé renvoie t-il dos à dos la passivité villageoise africaine et la volonté forcené
d’anticiper l’avenir qui serait une autre forme d’esclavage en ce qu’elle vous empêche de vivre au présent
Aussi bon dessinateur que coloriste, Fodé Sidibé sait-être
tour à tour ou simultanéement: impressioniste, figuratif, symboliste, abstrait. Et lorsque j'évoquais
le surprenant manièrisme d'une de ses modernes maternités,
il s'est contenté de sourire, modestement.

 
         


Symbolisme

Berger
et gris gris
protègent
un imaginaire
troupeau

   
      Le peintre n'a d' ailleurs aucun à priori quant aux signes. Il en a besoin, il les aime, ils font partie comme matériaux ou pigments de sa boite à outils et il serait insupportable de se priver de l' un ou l' autre sous prétexte d' appartenance à une culture. Caractères romains, arabes, gris-gris ou totems participent indifféremment et témoignent d'une universelle condition plus facile a appréhender selon Fodé depuis une grotte...Ce qui le ramène à l'art rupestre qu'il affectionne, autre lointain témoin: l'art est intemporel.    
 

  Expositions :

1998 Banyuls sur Mer,
au Salon d'hiver

1999 Port Vendre,
Saga Africa au Dôme

2000 Collioure
Exposition de la saison estivale

2002 Boulogne sur Mer
semaines de solidarité internationale

2003 Thiès
Salon international des jeunes plastitiens

 
  Extrait Google: vue de Saly avec à gauche la pointe de l'hôtel Espadon, Vous pourrez rencontrer Fodé Sidibé dans son atelier de Niakh-Niakhal proche du restaurant Chez Paulo    
   
 

L'immobilier de la Petite Côte
et du Siné-Saloum

© 26-11- 2007 Jean-Louis Franchineau, Saly